press

The Girl – Sleepless / Peter Eötvös, Kornel Mondruczo, (Staatsoper Unter den Linden, Berlin/ Grand Théâtre de Genève) 

"The other roles are also excellently cast, not least with the colorful Belgian soprano Sarah Defrise as the malicious Circe in a black Berghain outfit. She is also responsible for the comic moments, for example when she and the fishermen perform the dab dance Move dances, which comes from the American rap scene and recently became popular with the computer game Fortnite." Die Zeit

 

"Singers are at the highest level, above all the title couple, Victoria Randem as Alida and Linard Vrielink as Asle. Sarah Defrise as the prostituting girl with bizarre coloraturas and a seductive rise and fall of her voice is also absolutely terrific". Westdeutscher Rundfunk

"Sarah Defrise's crystalline voice and impressive high-pitched voice was stunning". Tribune de Genève

"[...] Sarah Defrise's Girl could suffer from it with her seductive advances; but the brilliance of her light soprano keeps her on her feet by the sureness of her vocalization in particularly virtuosic lines". Crescendo Magazine

"This qualitaty performance is paired with an excellent stage performance. (...)  the Belgian soprano Sarah Defrise, whose high notes and staccato make the character of the imaginative prostitute named Girl believable". Ioco.de

 

"The voice of the 'Girl', which wraps Asle up as a prostitute, jumps unpredictably in glissandi and coloraturas. Sarah Defrise fills the role's exaggeratedness with singing and acting convincingly". Die Deutsche Bühne

"Katharina Kammerloher sings and plays Alida's mother just as virtuously as Sarah Defrise the prostitute, who would have taken in Asle but not his pregnant wife". Neue Musikzeitung

"As a prostitute "girl", Sarah Defrise displays virtuoso coloratura garlands." Orpheus Magazin

"Sarah Defrise is a girl capable of following very well the virtuosity requested by the composer". Le Salon Musical

"Sarah Defrise embodies the blonde woman who gets along with the sailors. Her vocal performance is similarly uninhibited, with efficiently performed coloratura and great agility". Premières Loges

"The singers were well cast in this multifaceted work, with astonishingly good English diction. The smaller roles each develop their own personality, notably mezzo Hanna Schwarz as the Old Woman, and Siyabonga Maqungo with his clear tenor in the role of a jeweller, as well as the sparky soprano of Sarah Defrise as a frivolous village whore". Bachtrack

 

The Little Chinese – der Goldene Drache/ Peter Eötvös, Julien Chavaz (Grand Théâtre de Genève & Nouvel Opéra Fribourg)

In the last pages of this work, the chiseled music of Peter Eötvös pours out in a deep lyricism culminating with a long and magnificent cantilena of the Belgian soprano Sarah Defrise, singing the last voyage of the clandestine thrown into the river (like finally his sick tooth ) and drifting back to his motherland. Resmusica

The cast carries this project with homogeneous and very high quality voices – the soprano Sarah Defrise light up the stage in a stunning finale, [...] with a breathtaking physical commitment. Tribune de Genève

There are plenty of reasons to be impressed by the physical and vocal performance of the singers. (...) between sprechgesang and high vocal acrobatics, the five voices are splendid. An uppercut as brilliant as sensitive. La Liberté

Five soloists, eighteen roles, twenty sketches. A real achievement. The soloists are all remarkable. Between spoken theatre, sung scenes, dance and pantomime, the bodies are put to the test. No respite. It's breathtaking. No missteps. All of them are sublimated by a brilliant and refined staging. La Batoille

The Teenager – Is this the end ? #2 / Jean-Luc Fafchamps, Ingrid Von Wantoch Rekowski (La Monnaie/De Munt)

Sarah Defrise performs the limpid arias with a freedom of play in opposition to the total mastery of her voice. The soprano shapes her high notes without apparent difficulty, while ennobling her character with remarkable eloquence, through her asserted acting skills. ÔLyrix

Stratospheric and masterfully exacerbated coloratura Sarah Defrise ! Resmusica

Sarah Defrise (the Girl) with her unbridled physical and vocal engagement is as overwhelming as in the first part of the trilogy. De Morgen

Sarah Defrise sings the part with extreme virtuosity. Larsen Magazine

Sarah Defrise is perfect in the role of the teenager girl from beginning to end. Le Soir

Sarah Defrise delivers a truly striking performance with her youthful charm and light voice. ConcertoNet

 

CD – "For Cathy" a tribute to Cathy Berberian (SubRosa label)

"When the most explosive of our young sopranos celebrates the freest of mezzos, the great Cathy Berberian, the result is an astonishing CD which plays “a capella” the hits of Berio, Cage, Pousseur and Bussotti". Larsen Magazine

"By paying an "a capella" tribute to the mezzo Cathy Berberian, Sarah Defrise signs the most breathtaking CD of the year. Portrait of a young soprano who dares Berio, Pousseur and Cage, and celebrates the moderns with disarming aplomb". L'Echo

"the Belgian soprano delivers exactly what it says on the cover: haunting, virtuoso tributes to one of the greatest in her field. Besides »Stripsody« and other canonical works, Defrise interpretes a wide repertoire, which makes this album all the more a real treasure trove". Field Notes

"Sarah Defrise has been declaiming with panache for several years now her love for contemporary music, and performs it brilliantly on national and international stages. In this opus recorded for Subrosa label, where we can hear the voice of the artist, and nothing but her voice. In this a capella album where artistic intelligence competes with virtuosity, we twirl around with compositions by Luciano Berio, John Cage, Sylvano Bussoti, Henri Pousseur, as well as Cathy Berberian and Sarah Defrise themselves". Crescendo Magazine

Mélisande - Pelléas et Mélisande / Nicholas Stücklin, Julien Chavaz & Nicole Morel, (Paris, Athénée Louis Jouvet), June 21

 

"Sarah Defrise, Mélisande décoiffée dans ce spectacle décoiffant, déploie d'abord un chant fait de "hmmm", en faisant mine de nager, immergée mais sans couler. Sa maîtrise vocale, de volume et de matière déploie une voix riche (l'électronique pouvant se plaire à saturer son timbre et ses harmoniques) avant de repartir en retrait, decrescendo jusqu'à l'inaudible. Son vibrato ourlé devient volontairement outré, accompagné d'une main tremblante, mais elle reprend la largeur de son médium et des aigus rayonnant pour la seule mélodie de Debussy ici préservée (quoique sur un accompagnement animal) : "Mes longs cheveux descendent". ÔLyrix

"Le danseur et les deux acteurs ont pour partenaires deux chanteurs lyriques : Vincent Casagrande, qui prête à Pelléas la candeur attendue, mais dont on ne découvre véritablement le timbre que durant la citation debussyste évoquée plus haut, et surtout Sarah Defrise, stupéfiante Cunégonde de Candide à Liège, dont la voix se plie ici avec virtuosité à une oscillation constante entre le chuchotement et le chant, en passant par le sprechgesang, tout en cultivant son personnage ambigu. Loin des visions trop réalistes qui ont souvent prévalu ces dernières années sur les scènes d’opéra, Maeterlinck retrouve enfin son mystère." Laurent Bury – Concertclassic

The Teenager - Is this the end ? Part 1 : Dead little Girl / Jean-Luc Fafchamps (la Monnaie/De Munt), September 2020

 

« De zeer jonge (ik vermoed een twintiger) sopraan Sarah Defrise is fenomenaal in de rol van het meisje ». Klara 

 

« La soprano Sarah Defrise, pour qui Péter Eötvös a écrit son prochain opéra Sleepless (théoriquement créé à la Staatsoper Unter den Linden à l’automne 2021), rayonne en Adolescente, génératrice de saveurs auditives multiples : colère, rancœur, incompréhension, intensité ou vérité, elle sait tout relayer ». Opera Online, Thibault Vick

 

« Cet entre-deux de la conscience voyageant dans les limbes est investi par la voix et le jeu de Sarah Defrise qui passe d’un mode à un autre avec un naturel déconcertant. Quand le naturel déconcerte à ce point, l’on peut se demander quels superlatifs seraient les plus enclins à décrire cette maîtrise de l’art lyrique appelant chez les interprètes le don du théâtre et celui du chant. Sarah Defrise déploie tous les possibles d’une palette vocale qui semble infinie tant dans la clarté de l’émission que dans la densité émotionnelle qui l’accompagne ». Crescendo MagazineClara Inglese

 

« Comme l’indique le titre, Dead Little Girl se focalise sur l’adolescente (exceptionnelle Sarah Defrise, tant dans la performance vocale que dans son incarnation quasi cinématographique) fringuée ici dans l’air du temps comme pour une sortie en boîte. Ses sentiments dans ce bad trip passeront de la facétie à l’arrogance, de la moquerie à l’angoisse et à la colère, avec ces rencontres improbables entre onirisme et hallucinations […]Toutes les forces en présente affichent une ferveur et un engagement exceptionnels dans le contexte tragique qui a nimbé les dernières journées préparatoires. Outre celle de Sarah Defrise, déjà mentionnée, jeune soprano belge déjà remarquée internationalement, très sollicitée et d’une vocalité et présence transcendantes, aussi vénéneuse qu’émouvante ». Resmusica, Benedict Hévry 

 

« Archive émotionnelle, la musique fait remonter à la surface toutes les étapes d'une vie, de certains lieux et certaines personnes connues, avec pour unique voix intérieure celle de la dead little girl interprétée par Sarah Defrise. Celle qui nous mène à se frayer un chemin dans ce trip total garde une voix classique rassurante, comme un fil rouge. Ronde, perlée et confiante, la ligne vocale de la jeune chanteuse fait preuve d'une très grande souplesse compte tenu de la difficulté de partition, et d'une vélocité à la mesure d'un jeu très décomplexé, en errance assurée parmi les voix des choeurs qui peuplent l'impossible silence des limbes. La palette émotionnelle de la chanteuse paraît complète, à la façon d’une âme qui revit toute sa vie en une heure de temps. Les aigus hallucinées de la jeune chanteuse viennent se fondre dans la masse puissante de choeurs qui ne s'arrêtent jamais de l'accompagner, du doux son baroque jusqu'au grand music-hall américain, du chuchotement aux infernales voix interlopes entremêlées ». Ôlyrix, Soline Heurtebise 

 

Cunegonde - Candide / Bernstein​ (Opéra Royal de Wallonie) Novembre 2019

« Dans la narration l’acteur comique est aidé très souvent par le personnage de Cunégonde, interprété par une Sarah Defrise en état de grâce. Nommée « Jeune révélation » au festival de Gand en 2017, nous avons pu mesurer la portée du talent de ce jeune soprano colorature et son sens rare de la scène. Son interprétation de Cunegonde bien qu’elle ne soit pas démunie d’un certain cabotinage parfois exagéré, s’impose toutefois par la qualité de l’artiste. Nous attendions avec trépidation le moment de l’air « Glitter And Be Gay », dont les agilités, les passages de registre, et la complexité rythmique font trembler les chanteuses les plus expérimentées, et nous avons assisté à une performance très réussie et extrêmement drôle. Petite perle : les bagues en diamant en forme de saucisses nous ont fait beaucoup rire ! Dans sa performance, Sarah Defrise a mis en évidence son étonnante facilité dans l’aigu ainsi qu’une extension vocale très large. Le public a justement acclamé l’artiste. » Première Loge. Raffaele d’Eredità

 

« En Cunégonde, Sarah Defrise défrise » Ôlyrix


« Cunégonde allie bel canto et jeu scénique avec une facilité déconcertante. Elle joue de sa voix avec maestria, la teinte de mille nuances et nous offre une large gamme de tessitures montant très hauts dans les aigus, sans jamais perdre ni en puissance, ni en intention. Chaque note s’inscrit dans le cadre de l’intrigue et du ressenti de son personnage, dont la coiffure, avec ses deux macarons, reflète son espièglerie, tandis que sa robe et son histoire peuvent être comparées à celles de Marylin Monroe : Obligée d’être gaie et radieuse sous les feux de la rampe, elle dissimule une profonde tristesse et une grande sensibilité que seul Candide pourra révéler avec sa sincérité. » Toute la culture

« Sarah Defrise est une Cunégonde moins légère et plus active que d’ordinaire, avec un timbre sans doute moins lisse et moins cristallin que bien des coloratures ayant abordé le rôle, mais cela n’en confère que plus de relief à son personnage, déjà fort bien dessiné par son formidable talent d’actrice. » Forum Opera

Disque Entrevisions MEW1993

“Les mélodies ont bénéficié de versions orchestrales [...] et chambristes [...] mais on attendait leur intégrale avec piano, la majorité n’ayant reçu d’autre habit que celui-là.”
”Une Sarah Defrise d’autant plus à l’aise que les mélodies sont plus difficiles, partout d’une intelligibilité et d’une élégance irréprochables. C’est avec intérêt, plaisir et curiosité gourmande que nous la suivrons sur cette voie raffinée.” Diapason

Magazine Michel Stockhem

« Entrevisions », est un disque qui crée l’événement.

 « Le duo en parfaite osmose que forme Sarah Defrise et Craig White les inscrit désormais dans le répertoire avec précision, finesse et clairvoyance. La recherche tant vocale que musicologique de Sarah Defrise est baignée de lumière, et cette lumière convient particulièrement bien à la fonction que la culture entend occuper dans nos sociétés, celle de cheminer en éclaireuse au-devant des entreprises humaines ». Forum Opera Clara Inglese

« on the evidence of what Sarah Defrise presents to us on disc, Jongen’s songs are invariably of the highest order, some of them greatly inspired and many inhabiting a world of part-introspection, part-atmosphere and part impressionism which sets them on a level with the songs of his French contemporaries Fauré and Debussy ». Musicweb International Marc Rochester

Concert de sortie du disque MEW1993 Entrevisions - OPERA ROYAL DE WALLONIE

"Si les prouesses et l’agilité vocales (Tarentelle, Bizet) participaient à l’émerveillement du public présent en nombre, certains moments de pur lyrisme (Après un rêve, Jongen) ont révélé l’immense palette sonore d’une voix féérique (Paix, Jongen), pleine d’élans et de panache (Rouge, Jongen). La diction est à l’image de la vocalité, engagée dans les moindres détails, ceux-là même qui font toute la différence." Crescendo Magazine Clara Inglese

Bacchis - La Belle Hélène / Offenbach (Opéra National de Lorraine) December 2018

 

"Du côté des femmes se distinguent encore tout particulièrement le solide mezzo-soprano de Yete Queiroz, brillant Oreste travesti, puis le soprano Sarah Defrise, en Bacchis version bécasse 2018." 

bachtrack.com

 

"Enfin, une mention particulière pour la Bacchis de Sarah Defrise dont on retient l’interprétation scénique extrêmement drôle en jeune femme quelque peu écervelée et à l’intonation rappelant celle de célèbres participantes à des jeux de télé-réalité (à qui l’on doit par exemple l’expression « non mais allo » justement réutilisée ici). "

Opera online

 

"Il faudrait pour conclure, confier des rôles plus consistants que Bacchis à Sarah Defrise, qui joue l'idiote."

Concerto

 

"ou encore la drôlissime Bacchis rappelant Nabilla pour ne citer que quelques exemples"

Opera online

 

"Sarah Defrise pour sa part, même si elle a fort peu à chanter, fait vaciller la salle par son interprétation délibérément accentuée de Bacchis, la suivante d’Hélène, au phrasé faubourien et à l’intelligence vacillante”

www.olyrix.com

 

"Bacchis, délicieusement crispante"

Telerama

 

"Die Gefolgsdamen sahen ebenso gut aus: Sarah Defrise als köstlich spielende Bacchis (sehr lustig die durch Alain Perrouxumgeschriebenen Dialoge) 

onlinemerker.com

La Fée - Cendrillon / Pauline Viardot (Royal Opera House of Wallonia) October 2018

 

"Elle partage cette fluidité et cette finesse avec la Fée de Sarah Defrise, qui met en valeur les lignes aériennes de son intervention, sans avoir besoin de forcer une virtuosité naturellement condensée par l'adaptation".

02/11/18 www.olyrix.com

Calamity Jane - Calamity Jane letters to her daughter / Ben Johnston (Armel Opera Festival, Budapest)

 

"Sarah Defrise was truly remarkable. Her guise and her soprano voice are gorgeous. She sung the most difficult passages effortlessly with her cristal voice and was stylistically perfect in everything Johnston scored. With her acting, the piece was absolutely complete. We were not just beholders of a story, but part of the deeply tragic fate of the heroin, which could have been ours as well."

07/07/2018 Varga Péter, Népszava

 

Jongen - Debussy recital with Inge Spinette at Argonne, Brussels

"Powerful and luminous voice [...] the young soprano organized her recital around songs by Joseph Jongen [...] and by Debussy. In short, the most technically requiring repertoire in the art of French song. [...] The songs by Jongen were a happy discovery, so was the maturity of the soprano who offered, beyond her impressive vocal performance, moments of intense poetry. "

31/01/2017 Martine Dumont-Mergeay, La Libre Belgique

 

 

International Competition Georges Enesco: (Salle Colonne, Paris)

"The palm of expressivity undeniably goes to Belgian soprano Sarah Defrise who was awarded the "Contemporary Great Prize". Beyond her strong vocal technique and seductive timbre, the musician impressed with the rightness of her tone in all the three - diametrically opposed - pieces she performed : She stretches the lines and phrases of the poignant song "Silence!" by Enesco with calm and subtlety. She offers an exhilarating and capricious « Non ! Monsieur mon mari… » from the Mamelles de Tirésias by Poulenc. Her punchy and rebellious Thérèse, who watches her female attributes (two balloons she takes out of her bodice and inflates) fly away. But it surely is with the redoutable « Pub » n°2 by Aperghis that her performing skills confound : Cathy Berberian in the making, she made easy work of the redoubtable onomatopoeia, sound effects and other sreams of this wild and groovy logorrhoea inherited from Berberian's Stripsody."

La Lettre du Musicien, Paris 2016.

 

Diane - Orphée aux Enfers - Offenbach (Opéra Royal de Wallonie)

 

"Diane, taken by Sarah Defrise is worth a closer look. She is a domineering woman wearing a horsewhip, boots and a military outfit tailored as sharply as her diction is. Starting to sing in German, her threatening high note petrifies the gods around her." www.ôlyrix.com

"Sarah Defrise is an unleashed Diane"  Crescendo Magazine 2016

 

Clorinda - Cenerentola / Rossini (Opéra Royal de Wallonie)

"Sarah Defrise is one of the promising voices in Belgium. In October 2014, she made her operatic debuts on the stage of the Royal Opera House of Wallonia as "Clorinda" [...] Sarah Defrise est une des voix qui promettent en Belgique. En octobre 2014, elle faisait ses premiers pas à l'Opéra royal de Wallonie dans le rôle de "Clorinda" (...) Her stunning performance already showed what it takes to be a great singer : not only a strong and assured vocal technique, but also impressive acting skills."

Musiq3, Puisque vous avez du talent, 2014

 

"The two overexcited shrews,  are as odious as you wish : Sarah Defrise and Julie Bailly have a staggering stage presence!"

Arts et Lettres, 2014

 

"Sarah Defrise and Julie Bailly completed the cast, as the "as dumb as well-singing" sisters."

Crescendo Magasine, 2014